Henri Gohin et Christophe Courtaud, respectivement Principal et Principal-adjoint du Collège, sont à l’origine de cette initiative proposée par Farida Guesmia, Chargée de Mission Education Prioritaire.

Dans un environnement local difficile, confrontée à des résultats scolaires encore insuffisants, cette équipe multiplie les actions permettant d’ouvrir les collégiens au monde extérieur : par exemple, plusieurs rencontres avec des entrepreneurs et avec des artistes ont profondément marqué et inspiré de nombreux jeunes du collège.

L’intervention d’Energie Jeunes auprès de deux classes de quatrième constituait un nouvel événement marquant.

Professeur de technologie, Pierre Agnel a le sourire : «L’intervention a su captiver l’attention des élèves, qui manquent souvent de motivation et d’optimisme. » Il ajoute : « Elle a permis aux élèves d’acquérir des principes simples : faire une seule chose à la fois, voir le bon côté des évènements, prendre de bonnes habitudes. »

Professeur d’EPS et professeur principal d’une des classes concernées, Baptiste Besnier remarque que les élèves sont captivés par des messages passés par des personnes différentes de celles qu’ils connaissent, avec des méthodes différentes : « J'ai trouvé ça intéressant car il s'agissait d'un discours provenant d'autres adultes que ceux habituels. La façon de faire participer les élèves était dynamique. »

Recueillis deux semaines après l’intervention, les témoignages des élèves font plaisir à entendre :

Yacine, 13 ans : « J’ai tout aimé, on s’est pris au jeu. Je retiens que pour réussir sa vie on a parfois besoin d’être poussé. Il faut aussi être ouvert d’esprit, ouvert aux autres. Arrêter de changer de trottoir et aller vers les gens. Communiquer avec les autres. »

Malea, 14 ans : « J’ai arrêté la télé, pas complètement mais je regarde moins et je me suis mise à la lecture. J’ai acheté une série de 4 livres. Maintenant, je lis des choses pour moi. »

Romaric, 14 ans : « J’ai trouvé que c’était bien. Le jeu, parler, s’exprimer. J’ai retenu que c’est pas le talent qui fait la personne. Je ne veux pas changer, mais je crois que j’ai de la valeur, j’essaie de croire plus en moi. »

Anaïs, 13 ans : « Le jeu était bien, la façon dont il était mené était très bien. J’ai pensé, si les cours pouvaient tous être comme ça, on aurait plus envie d’apprendre. J’ai compris que la chance n’est pas quelque chose de naturel, c’est en nous, c’est à nous de nous prendre en main. J’essaie de moins regarder la télé. Je vais encore essayer de changer des choses. »

Principal-adjoint, Christophe Courtaud a tenu à assister aux sessions : « Ce que j’ai trouvé tout particulièrement intéressant, c’est l’interactivité, l’implication rapide et spontanée des élèves, mais aussi le fait d’amener les élèves très rapidement à se poser des questions sur eux-mêmes. » Il ajoute : « c’est un excellent vecteur pour susciter la réflexion, responsabiliser les élèves, leur permettre de s’approprier des messages qu’ils n’entendent pas toujours, avec l’utilisation de méthodes de développement personnel applicables à l’Ecole et au travail scolaire. »

Au-delà des interventions à organiser avec d’autres classes du Collège, il imagine déjà d’autres développements : « Cette façon de travailler pourrait être apprise et développée par des professeurs principaux volontaires pour motiver les classes et faire en sorte que les élèves se fixent des objectifs en début d’année. Elle serait également un excellent outil pour remobiliser des classes en cours d’année. »