Actualités

Zones rurales et/ou désindustrialisées : il est temps d’agir !

10 Mar 2021

Les élèves des zones rurales et ou désindustrialisées subissent des inégalités territoriales face à l’orientation. Il n’y a, pour eux, pas de traitement spécifique en faveur de l’ambition alors qu’ils souffrent, du fait de l’éloignement, du manque d’accès à l’information. Ils ont aussi une tendance à s’autocensurer en anticipant l’échec.

 

« La spécifié d’un village rural, c’est d’avoir beaucoup plus de difficultés pour trouver des partenaires qui vont venir facilement jusqu’à nous » témoigne François Guiochet, principal du collège de Vonnas (01). Les inégalités territoriales restent « dans l’angle mort » de l’égalité des chances. Pourtant, 3 millions de jeunes, soit 23% des jeunes Français de moins de 20 ans, vivent dans les communes de moins de 2 000 habitants ! [1] Et lorsque l’on demande aux 17-23 ans « s’ils ont fait ou vont faire des études supérieures qu’ils qualifieraient d’ambitieuses », un écart de près de vingt points existe entre les jeunes des petites villes [2] (qui ne sont que 48% à répondre oui) et ceux de l’agglomération parisienne (67% dans ce cas).

 

Trois obstacles à relever    

À catégorie socio-professionnelle équivalente et à résultats scolaires équivalents, les adolescents des milieux ruraux ont une orientation beaucoup plus contrainte que les autres. Leurs aspirations professionnelles seraient aussi plus limitées, avec, une orientation plus fréquente vers l’enseignement professionnel après la troisième et une moindre obtention du baccalauréat selon la note d’information de la DEPP, n°19.36, d’octobre 2019. Trois obstacles les empêchent d’ouvrir le champ des possibles [3] :

  • le manque d’accès à l’information,
  • l’autocensure,
  • la faible mobilité.

 

Les jeunes des zones rurales et des petites villes doivent ainsi faire face à d’avantage d’obstacles que leurs camarades des grandes villes, ce qui les place dans une situation de départ nettement moins favorable. Si des politiques de lutte contre les inégalités territoriales ont été mises en place (Cordées de la réussite, Programme PEI, …) et que de nombreuses initiatives ont vu le jour sur le terrain (Des Territoires aux Grandes Écoles, …), on ne peut que constater qu’il reste encore beaucoup à faire.

 

Les laissées pour contre

Les jeunes filles des territoires ruraux sont particulièrement concernées par ces aspirations contraintes. C’est ce que décrivent Claire Lemêtre et Sophie Orange dans leur ouvrage « Les ambitions scolaires et sociales des lycéens ruraux » [4] : les filles des territoires ruraux « s’envisagent beaucoup plus souvent en couple et avec des enfants que les filles issues du milieu urbain », ce qui ne manque pas d’avoir un impact sur leur souhait de poursuivre des études. C’est d’autant plus le cas que « l’orientation des jeunes filles est façonnée par l’institution scolaire en fonction de ce que celle-ci leur propose. » L’orientation ne s’inscrit pas, alors, dans un projet personnel construit avec l’élève en fonction de ses aspirations et appétences [5]. De son côté, Benoit Coquard évoque l’invisibilité des métiers féminins en milieu rural. Quand les hommes sont valorisés par leur travail (même peu qualifié), les femmes qui assurent le métier d’infirmière ou auxiliaire de vie avec de nombreux déplacements et la gestion de leur vie de famille, ne sont pas reconnues.

Comment permettre à ces jeunes d’avoir autant de chances d’exprimer leur potentiel ? De trouver l’orientation qui leur convient ? Comment les aider à atteindre leur objectif professionnel sans autocensure ? Autant de questions que nous nous sommes posées avec l’ambition d’y répondre. Découvrez notre expérimentation Ma Réussite au Collège en zone rurale

 

  • [1] Note de décryptage « Donner plus de chance aux jeunes ruraux » Janvier 2021, VersLeHaut
  • [2] Fondation Jean-Jaurès, Institut Français d’Opinion Publique, Chemins d’avenirs, Jeunes des villes, jeunes des champs : la lutte des classes n’est pas finie, note de la Fondation Jean-Jaurès – Enquête auprès des 17-23 ans, octobre 2019.
  • [3] Rapport de Salomé Berlioux, Mission orientation et égalité des chances dans la France des zones rurales et des petites villes, mars 2020
  • [4] Savoir/Agir, 37, septembre 2016
  • [5] Rapport de Salomé Berlioux, Mission orientation et égalité des chances dans la France des zones rurales et des petites villes, mars 2020

NOS PARTENAIRES