Actualités

Collèges en zone rurale : un nouveau programme d’Energie Jeune

10 Mar 2021

Cette année, Energie Jeunes développe son accompagnement auprès des établissements scolaires des zones rurales et/ou désindustrialisées. L’objectif : permettre aux collégiens d’avoir autant de chances d’exprimer leur potentiel et de trouver l’orientation qui leur convient.

 

« La spécifié d’un village rural, c’est d’avoir beaucoup plus de difficultés pour trouver des partenaires qui vont venir facilement jusqu’à nous et Energie Jeunes est l’une des seules associations qui vient dans notre petite campagne » témoigne François Guiochet, principal du collège de Vonnas (01). Les inégalités territoriales restent ainsi « dans l’angle mort » de l’égalité des chances. Comment permettre à ces jeunes d’avoir autant de chances d’exprimer leur potentiel ? De trouver l’orientation qui leur convient ? Comment les aider à atteindre leur objectif professionnel sans autocensure ? Autant de questions que nous nous sommes posées avec l’ambition d’y répondre. Ma Réussite au Collège spécifique ruralité est née des entretiens et échanges générés sur le terrain avec les principaux de collèges les enseignants, les parents et les élèves.

 

Un programme innovant fondé sur trois piliers    

Présenter des rôles modèles : L’aspiration mimétique constitue l’un des principaux facteurs influençant la prise de décision d’un jeune. Cela désigne le fait pour un jeune de faire les mêmes choix qu’une personne qu’il considère comme un modèle, une inspiration, au sein de son environnement. Par la diffusion de témoignages d’élèves issus de milieux ruraux, nous souhaitons valoriser les parcours et réussites individuels mais aussi les moyens mis en œuvre pour faire face aux difficultés rencontrées.

Unir école et projet de vie : Les études en sociologie montrent que les jeunes de milieux ruraux, bien qu’ils aient un niveau scolaire similaire aux collégiens urbains, choisissent bien plus souvent les filières professionnelles, et que cette voie y est bien moins vue comme une voie de garage. Mais ce choix de filière professionnelle correspond aussi au marché de l’emploi local. Notre objectif est de faire disparaître certains préjugés :

  • Oui, les études longues sont accessibles à tous.
  • Oui, les études courtes par des parcours professionnels offrent de belles perspectives professionnelles à condition d’officialiser les efforts scolaires par l’obtention de diplômes qualifiants ou certifiants. Un certain nombre d’élèves sont persuadés que pour travailler dans le bâtiment ou le bois (par exemple), l’école est une perte de temps.

 

Investir les parents : La famille reste la principale source d’information pour préparer l’orientation post-bac des jeunes. Elle est aussi un soutien indéniable à la motivation et aux perspectives d’avenir. Or tous les parents n’ont pas à leur disposition les mêmes outils pour aiguiller et inspirer leurs enfants. Certains ont un rapport complexe à l’école. Notre ambition est de valoriser auprès d’eux une image positive et claire du système scolaire, en complément du rôle essentiel de l’équipe enseignante. L’objectif est de les amener à valoriser les efforts scolaires de leurs enfants, quels que soient leurs projets professionnels.

 

Bretagne et Languedoc-Roussillon : nos sites d’expérimentation

La Fondation EDF soutient notre phase d’expérimentation débutée pour l’année scolaire 2020- 2021 en Bretagne et en Languedoc-Roussillon. « De nombreuses inégalités subsistent entre les jeunesses rurales et urbaines en matière d’éducation et de choix d’avenir. Pour l’égalité des chances dans les territoires, pour permettre aux jeunes ruraux de choisir leur avenir et pour que, demain, ils trouvent leur place dans la société, la Fondation groupe EDF soutient l’action d’Énergie Jeunes déployée dans les établissements scolaires de zones rurales en Bretagne et en Occitanie. », explique Laurence Lamy, Déléguée générale de la Fondation groupe EDF.

 

En Bretagne, nos équipes interviennent dans 14 collèges ruraux sur 4 départements. « Au-delà de l’accueil très chaleureux et de l’implication du corps enseignant, tous les travaux que nous proposons se réalisent dans un climat de classe serein et participatif. Néanmoins nous percevons auprès de certains collégiens l’impact de l’éloignement et des trajets sur leur fatigue et capacité d’attention. Nos exercices sur l’organisation et la concentration se révèlent ainsi très positifs. Nous remarquons aussi une crainte de «  poursuivre des études trop loin » ou « d’envisager certains métiers. Les vidéos et témoignages d’entrepreneurs, d’artisans, de lycéens, d’étudiants intéressent les élèves et nous permettent d’échanger sur le potentiel et la confiance en soi. Cette première expérience réussie appelle un développement encore plus fort avec nos partenaires. », déclare Jean-Paul Barre, Délégué Régional Bretagne.

 

Jean-Marc Delebarre, Délégué Régional du Languedoc-Roussillon est de son côté frappé par l’isolement des collèges ruraux et des collèges des zones désertées par la disparition des industries. « Peu d’associations viennent jusqu’à eux. Dans un contexte social aussi difficile que les zones REP, mais sans les facilités associées, les enseignants se battent pour ouvrir ces jeunes sur le monde ». Une Principale de Collège rural du Gard témoigne « Dans ce contexte difficile, le programme d’ « Energie jeunes » a une place légitime et nous apporte un appui certain. Les intervenants nous aident à maintenir une vision  positive de la scolarité aux élèves qui nous sont confiés et nous souhaitons vivement que les interventions soient réitérées dans les années futures. »

 

En juin, nous pourrons d’ores et déjà dresser un premier bilan afin de poursuivre et d’explorer de nouveaux modes de déploiement de nos actions plus adaptés à ces territoires pour la rentrée scolaire 2021-2022.

Depuis la rentrée scolaire de 2019, Energie Jeunes est intervenue dans 59 collèges partenaires en zone rurale de revitalisation sur les 475 établissements partenaires.

En savoir plus sur le contexte de la ruralité 

NOS PARTENAIRES